les impacts

Si vous vous retrouvez ici, c’est certainement que vous avez conscience que la fabrication des vêtements que vous portez et que la manière dont vous les choisissez peuvent avoir un impact négatif sur la planète. On vous a certainement déjà dit que l’industrie textile était l’une des plus polluantes. Mais qu’est-ce que cela signifie concrètement?

Il me paraît indispensable de connaître où se situent les enjeux et quels sont les impacts réels pour comprendre comment nous pouvons agir. Une fois les impacts compris, découvrez les solutions durables pour y remédier ici.

On a l’habitude de classer les impacts négatifs de l’industrie de la mode en deux catégories, les impacts environnementaux et les impacts sociaux. Beaucoup sont pourtant liés. Un pesticide utilisé pour la culture du coton qui appauvrit le sol a également un effet sur les revenus et la santé des producteurs.

Pour bien comprendre, reprenons le cycle de vie d’un produit.

textile écoresponsable

Matières premières

Les matières premières, ce sont les fleurs de coton, la laine des moutons, le cocon du ver à soi, … mais aussi le pétrole qui est à l’origine du polyester. Différentes problématiques se présentent déjà à cette étape.

Environnement

Pesticides Appauvrissement des sols

Eau Le coton est le 3ème consommateur mondial d’eau d’irrigation. Sa culture provoque l’assèchement de territoires entiers

Emissions de CO2 notamment lors de l’extraction du pétrole pour créer les fils synthétiques

Société

Revenu des producteurs salaire misérable, travail forcé en Ouzbekistan (cash investigation du 28 nov 2017)

Pesticides qui affectent la santé des producteurs

Conditions d’élevage des animaux désastreuses

Fabrication

Pour transformer la matière première en tissu puis en vêtements, de nombreuses étapes sont encore nécessaires (filature, tissage, teinture, confection). Ces étapes sont souvent réalisées dans des usines et des pays différents.

Environnement

Produits chimiques (pour la teinture, le délavage, etc) La teinture est le 2ème pollueur d’eau dans le monde selon le rapport de la Fondation Ellen MacArthur. 70% des eaux de surface en Chine sont polluées par l’industrie textile selon Greepeace.

Ressources L’industrie de la mode produit 20% des eaux usées et 10% des émissions mondiales de carbone. C’est plus que les émissions provenant des vols internationaux et de la navigation maritime. (www.notre-planete.info)

Société

Conditions Travail 7 jours sur 7 dans des conditions déplorables. L’effondrement du Rana Plaza qui a fait plus de 1100 morts en 2013 est un triste exemple des conditions de travail dans certains ateliers de confection. 

Santé des travailleurs mais également des riverains des usines à cause de la pollution de l’eau et de l’air.

fabrication textile écoresponsable
transport marchandises

Transport

Pour des raisons de coût de la main d’oeuvre notamment, la plupart des usines textiles européennes ont été délocalisées dans les années 1990 à 2000. La majorité des vêtements que nous portons ont donc été confectionnés à des milliers de km. A cela s’ajoutent les km effectués par les matières avant même de constituer le tissu. Le coton, par exemple, passe par de nombreux intermédiaires et autant de frontières avant d’atteindre l’usine de confection. De la fibre à la confection, on estime qu’un jeans parcourt approximativement 65’000 km. On parle de 45’000 km pour un t-shirt soit plus que la circonférence de la terre.

Utilisation

L’entretien des vêtements en fibres synthétiques génère des microparticules de plastique trop fines pour être filtrées par les centrales d’épuration. Chaque année, cela représente 500’000 tonnes de plastique déversés dans les océans, soit 50 milliards de bouteilles en plastique. L’utilisation du sèche-linge est devenu une habitude. En moyenne en Suisse, cela représente 4 kg par an par personne d’émission de CO2 (rts info).

utilisation de nos vêtements
fin de vie de nos vêtements

Fin de vie

Nous achetons 2x plus de vêtements qu’il y a 15 ans tout en les gardant 2x moins longtemps. Sans oublier ceux qui dorment dans notre armoire depuis des années et qui ne seront jamais portés. En Suisse, ce sont près de 50’000 tonnes de vêtements qui sont récupérés par les organismes de collecte chaque année. Heureusement, une grande partie peut être revendue ou transformée en chiffons ou fibres pour la création de matériau d’isolation. Néanmoins les friperies et magasins de seconde-main sont de plus en plus saturés par le nombre de vêtements qu’ils reçoivent. Et n’oublions pas ceux qui sont tout simplement jetés dans les ordures ménagères.

Le résumé en 8 min dans la vidéo réalisée par le journal Le Monde

Pour aller plus loin

The True Cost

Le reportage à voir absolument pour se convaincre, si ce n’est déjà fait, de faire le pas vers une consommation plus durable. Disponible sur netflix.

Public Eye

Public Eye est une association suisse qui porte un regard critique sur l’impact de la Suisse et de ses entreprises sur les pays pauvres en dénonçant les injustices et en proposant des mesures concrètes pour y remédier. L’industrie textile fait partie des thématiques étudiées.